Avertir le modérateur

27/11/2009

GENOCIDE ARMENIEN ET MASSACRE DU DERSIM 1937/1938

Le génocide des Arméniens achevé en 1938

 

dersim 38.jpgÀ la fin des années 1930, la République Turque a massacré des Kurdes et des survivants du Génocide arménien sous le couvert d’une opération contre une rébellion kurde. C’est ce qui ressort de photographies inédites, des documents historiquement importants et des comptes rendus de témoins oculaires qui sont en passe d’être publié.

Hasan Saltik auteur d’un nouveau livre de 600 pages explique aujourd’hui que sa recherche cherche à faire la lumière sur le tabou des Massacres du Dersim en 1938.

Le livre qui sortira au mois de mai à la fois en anglais et en turc défiera l’histoire officielle de l’événement, employant des sources primaires pour révéler le rôle du gouvernement lors de ces massacres brutaux.

“ Plus de 13000 personnes ont été tuées par des forces armées turques pendant l’opération et 22000 ont été bannis. Des enfants restés orphelins ont été soumis à la politique de turquification dans des orphelinats" affirme Hasan Saltuk.

Les sources officielles historiques disent que l’opération 1938 dans le Dersim, maintenant appelé Tunceli, a été exécuté pour contrer une rébellion tribale kurde. La recherche de Saltik, cependant, révèle une autre histoire.

“ Nous voyons dans les documents que l’opération Dersim a été planifié ; les rapports ont été préparés en 1920. On a passé la loi liée à l’opération en 1935 et l’action a été prise en 1937. Seyit Riza et ses amis ont attaqué audersim 35.jpg motif officiel qu’il s’agissait d’une rébellion” commennte Hasan Saltik.

Bien que le gouvernement l’ait étiqueté comme une insurrection tribale kurde, Hasan Saltik explique que la raison fondamentale de l’opération était que la région hébergeait des Alevis de Tunceli qui étaient en réalité des survivants du génocide arménien qui avaient simplement changés leurs identités.

“ Les sources officielles disent que les résidants du Dersim ne payaient pas d’impôts ou n’exécutaient pas leur service militaire et qu’ils étaient toujours en rébellion. Cependant, nous avons des documents prouvant le contraire. Ataturk a mené l’opération Dersim lui-même" a-t-il dit.

“ Les historiens ne peuvent pas ici aller au-delà de l’idéologie officielle ; ils ne font pas de recherche. Ceux qui font des recherches et connaissent la vérité ne peuvent pas élever leur voix parce qu’ils ont peur ” a dit Hasan Saltik.

Le livre réimprime les commentaires qu’il a trouvé à l’arrière de toutes les photographies qu’il a obtenues. Dans de nombreux cas, les commentaires expriment des remords pour les événements dans le Dersim. “ [Beaucoup] ont ressenti les scrupules de leur conscience pour ce qui a été éprouvé. Quelque uns ont exprimé leurs sentiments avec les mots, "Je suis devenu un meurtrier". D’autres ont écrit "j’ai causé la mort de 250 personnes" a déclaré Hasan Saltik.

dersimlinin katli.jpgLe projet a permis de voir ce qu’il est advenu des soldats survivants qui ont participé à l’opération a dit Hasan Saltik ajoutant qu’il a vu que beaucoup d’entre eux ont été incapables de s’adapter à la vie sociale. “ Beaucoup de soldats que nous [avons interviewés] ont exigé que leurs noms soient rendus publics après leurs morts. Quelques personnes ne se sont pas inquiétés d’avoir leurs noms dans le livre ; quelques-uns ont dit "Ils nous ont ordonné de tuer et nous l’avons fait" a-t-il dit.

Il a obtenu des centaines de photos originales et des cartes à côté de deux dossiers de rapports d’un fonctionnaire de haut niveau de cette période. “ Les documents inestimables et des photographies dans les dossiers révèlent l’opération dans tout son détail. Cependant, il existe beaucoup plus de fichiers saisissants dans les archives de l’Etat Major Turc. ”

Hasan Saltik, qui est un chercheur, éditeur du label Kalan et un éthnomusicologue, a passé neuf ans à rassembler des photographies inconnues, des documents importants et des commentaires de soldats qui ont participé à l’opération ..

Membre d’une des familles les plus vieilles de Dersim, Hasan Saltuk affirme que bien qu’il soit d’une tribue Turkmène de par son père, des douzaines de leurs parents ont été assassinées pendant l’opération.

“ Ma grand-mère était enceinte avec ma mère mais elle s’est sauvée à la dernière minute ” a dit Hasan Saltuk dans une interview à Hurriyet. “ Les résidents du Dersim ont toujours peur de parler. Les personnes âgées pensent toujours que quelqu’un va venir et les tuer. ”

Hasan Saltik a dit qu’il croit que la Turquie est entrée dans un âge de grand changement. “ Tous les tabous de ce pays seront cassés et, dans l’avenir, il n’y aura rien dont on ne pourra pas parler. ”

Rappellons qu’au début des débats au Parlement turc sur la question kurde, l’un des vice-présidents du CHP, Onur Öymen, a provoqué un tollé, en citant la répression contre les Kurdes alévis du Dersim comme un exemple de lutte contre le terrorism

25/11/2009

LE MASSACRE DE DERSIM RELANCE LA QUESTION DU GENOCIDE DES ARMENIENS

La question du Dersim en Turquie relance la question du génocide des Arméniens

 

dersim katliami.jpgNote de la rédaction : Rappellons qu’au début des débats au Parlement turc sur la question kurde, l’un des vice-présidents du CHP, Onur Öymen, a provoqué un tollé, en citant la répression contre les Kurdes alévis du Dersim comme un exemple de lutte contre le terrorisme.

Si le Dersim était un massacre, quelles sont les autres choses ? par Ertugrul Ozkok

Une des choses que nous avons à discuter est celle-ci : Est -ce que le parti du Peuple Républicain ou CHP va-t-il perdre des voix à cause des remarques d ’Onur Oymen sur la révolte du Dersim ?

Les discussions sur l’incident prennent une tournure différente, une tournure pour arranger un grand nombre en politique interne. Je n’aime pas Oymen comme politicien. Je l’ai beaucoup critiqué dans le passé. Et je crois que son imprudence dans cet incident nuit au CHP.

Cependant, je ne peux pas m’aider moi-même mais me pose la question suivante : Est-ce que le parti Justice et Développement, ou AKP, profite de cette discussion en cours car Oymen continue à nuire au CHP ?

On va faire une autocritique ici. Regardons et voyons quel genre de situations nous devons être prêts à discuter sur la révolte au Dersim :

Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a choisi les mots “ massacre du Dersim ” quand il a critiqué les remarques d’Oymen tayip erdogan.jpgpendant une session plénière au Parlement. M. Premier ministre avait publié une déclaration récemment sur “ le massacre au Darfur. ” Il avait dit “ les Musulmans ne commettent pas de massacre ... ” (Selon quelques sources, il n’a pas dit “ ne commettent pas ... ” mais “ ne peuvent pas commettre ... ”. Qui, alors, a bombardé les cavernes et a coupé les gorges des Kurdes Alévis dans le Dersim ?

Étaient-ils “ des Turcs chrétiens ? ”

Le premier résultat avantageux du débat “sur le Dersim” est cela : Cela signifie que les Musulmans commettent ou peuvent commettre un massacre. Alors nous devons prendre le deuxième pas :

Nous ne devons pas refuser une catégorisation semblable pour les événements dans le Darfur. Si le PrésidKURDISTAN2.jpgent soudanais Omar Al-bashir est offensé, nous avons une excuse pour la politique étrangère alors :

“ Regard mon ami ! J’appelle ce que mon propre peuple a commis un "massacre" donc ne soyez pas offensé par mes remarques. ”

Allons sur une question plus grande maintenant : la Turquie a énormément profité des remarques malheureuses d’Oymen sur la révolte du Dersim. Même si je ne connaissais ps grand chose de l’incident du Dersim j’ai appris maintenant.

Laissez-moi faire une confession ici : j’ai pensé que c’était une des 28 suppressions de révoltes Kurdes. Mais maintenant je lis des livres sur le Dersim. Mais je n’ai pas été capable d’obtenir une réponse encore : Combien de gens sont morts dans l’incident du Dersim ?

J’ai vérifié les chiffres ; quelque part entre 7000 et 90000 personnes ont été tuées : la deuxième question est celle-ci : si le meurtre de 7000 à 90000 personnes est “un massacre”, selon même la plupart de voix officielle, alors comment devons-nous appeller les pertes dans la question arménienne ?

Selon les aTURC.jpgllégations arméniennes, un total de 1,5 million de personnes a été tué en 1915. Mais disons que le chiffre des morts était de 600000. Combien cela fait-il de fois plus que ceux qui ont été tués dans le Dersim ? Si le nombre de morts dans le Dersim était de 7000, c’est 200 fois plus ; si 90000 alors 17 fois plus. Oui, si l’incident du Dersim était un massacre, quel était donc l’incident arménien ?

Doit-on l’ appeler un grand massacre, énorme ou un énorme tuerie de masse ? Comme cette question est posée à l’autorité supérieure en Turquie, quelle sera “ la réponse officielle ? ” Elle dira probablement “ ne soyez pas dur avec vous-même. Il y a un terme universel employé pour cela et il commence par ‘soit-disant’ .... ”

Le débat sur le Dersim dans le Parlement signifie que nous refusons nos “ thèses officielles d’histoire. ” C’est excellent, mais comment arriverons-nous à adopter un language politique officieux à la maison et un language officielle à l’étranger ?

Les politiciens exploitant la révolte du Dersim pour un électoral doivent se concentrer sur cela, aussi.

Mon dernier mot est cela : Les remarques d’Oymen n’étaient pas trop intelligentes. Mais cela ne peut pas être une bonne chose de les employer comme des trucs politiques.

Si nous réussissons avec succès à révéler ce qui a été fait à notre propre peuple dans le Dersim, donc les débats sur le Dersim pourront être extrêmement utiles.

* M. Ertugrul Ozkok est le rédacteur en chef du quotidien Hürriyet

Article publié vendredi 20 novembre 2009

 

23/07/2009

18.000 KURDES DISPARUS

Turquie à la recherche de corps de Kurdes disparus

Des fouilles ont débuté mardi à la demande d'un tribunal dans une base militaire du sud-est de la Turquie dans l'espoir de retrouver les corps de 12 Kurdes portés disparus depuis 1994, ont affirmé des sources judiciaires.

Le ministère public a ordonné le lancement des excavations à Derecik, dans la province de Hakkari, après avoir reçu une lettre d'un ancien soldat affirmant avoir assisté à l'exécution des 12 hommes dans la base militaire, ont indiqué ces sources.

Les autorités judiciaires ont multiplié au cours des derniers mois les recherches de corps pour faire la lumière sur environ 18.000  disparitions de Kurdes dans les années 1990, au plus fort de l'insurrection kurde dans la région, qui auraient pu être victimes d'exécutions sommaires par les forces de sécurité.

Les 12 hommes appartenaient aux "gardiens de village", une milice kurde financée par Ankara pour lutter contre les résistances kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Les parents des disparus affirment que ceux-ci ont été accusés de jouer un double jeu, c'est-à-dire de soutenir le PKK, et les ont vus pour la dernière fois avant leur disparition accompagnés de soldats.

Ces enquêtes ont abouti à la publication la semaine dernière d'un premier acte d'accusation, dans lequel le ministère public réclame la prison à vie pour sept suspects, dont un colonel, accusés de l'exécution sommaire de 20 personnes dans la province de Sirnak, voisine de celle de Hakkari.

Selon ce document, le colonel Cemal Temizoz avait formé une sorte de milice chargée de poursuivre des personnes suspectées d'aider les rebelles kurdes, lorsqu'il était en fonction dans la province de Sirnak, de 1993 à 1996.
     

 

La guerre contre les Kurdes - depuis 1984 à ce jour, plus de 40'000 kurdes ont perdu la vie + Presque 18.000 disparu +3.000.000 exilé de force+ 3.000 villages brûlé.

 

En effet, la Turquie dite « moderne », dirigée par des kémalistes, a artificiellement fabriqué l’identité turque par la réduction en servitude et la négation de l’identité des peuples dominés, puis par une prétendue supériorité turque de la « race ». Cette pensée fascisante a conduit le pays à  des crimes de masse  et abominables.

 

Tout au long des 86 ans d’existence de la République turque, ses dirigeants successifs ont transformé leur pays en un cimetière des civilisations et un enfer pour les peuples qui y vivent.
·      Le génocide des Arméniens et des Assyro-Chaldéens (1915-1917) 1,5 million d'Arméniens ont été massacrés par l'armée turque entre 1915 et 1917
·      Le massacre des Kurdes, Alévis et Kizilbachs de Koçkiri (1919-1921)
·      L’expulsion brutale de 1.2 million de Grecs (1923-1924)
·      Le massacre des Kurdes et des Assyriens après la révolte de Sheikh Said (1925-1928)
·      Les massacres des Kurdes, Alévis et Kizilbachs de Dersim 40'000 morts et 12'000 personnes déplacées (1935-1938)
 
·      Des massacres, des exécutions sommaires, des pendaisons, des pratiques systématiques de la torture, des conditions de détention inhumaines, des déplacements forcés ... de millions de personnes suite aux coups d'Etat militaire de 1970, 1978 et 1980
·      Le massacre de 36 manifestants lors de la célébration du 1er mai 1977
·      Les massacres de 102 personnes en 1978 à Kahramanmaraş et 7 étudiants le 16 mars 1978 à Beyazıt (İstanbul)
·      Le massacre de 50 personnes le 5 juillet 1980 à Çorum
·      Le massacre de 37 intellectuels le 2 juillet 1993 à l'hôtel Madımak à Sivas

 

Nous récusons  la fiction d’une Turquie monolithique telle que prônée par l’Etat turc et appellent au contraire cet Etat à s’enorgueillir de la richesse et de la diversité des peuples anatoliens ;

 

Nous demandons  à nouveau à l’Etat turc de se réhabiliter en réhabilitant les victimes de ses exactions passées, en s’engageant sur la voie d’une reconnaissance politique de ces exactions et en mettant un terme à leur négation ou à leur glorification ;

 

Nous clamons  notre  conviction que l’incapacité de la Turquie à progresser sur la voie de la démocratie, ainsi que l’état d’arriération économique et sociale de ses provinces orientales sont intimement liés à la guerre menée par cet Etat à l’encontre de ses propres ressortissants ;

 

Nous réaffirmons  notre  engagement à continuer le combat politique afin que la Turquie reconnaisse, dénonce et se dissocie de ses crimes passés et présents ; afin de la transformer en un Etat démocratique et respectueux de ses minorités comme de ses forces démocratiques, unies dans la diversité.

 



 

 

 

03/06/2009

TAMOUL! LA LUTTE CONTINUE!

TAMOUL, LA LUTTE CONTINUE!

               

«Stoppez le génocide tamoul »

Plusimassacre au tamoul.jpgeurs milliers de membres de la diaspora tamoule ont à nouveau défilé samedi à Paris pour réclamer une intervention internationale au Sri Lanka, où le gouvernement affirme avoir écrasé les Tigres de libération de l’Eelam tamoul.

A l’appel de l’association des Etudiants tamouls de France, les manifestants ont marché de la place Denfert-Rochereau jusqu’aux abords du stade Sébastien Charléty, où un vaste rassemblement avait lieu en fin d’après-midi.

“Stoppez le génocide tamoul”, “Gaza Sri Lanka”, “Monsieur le président, sauvez-nous de l’enfer”, pouvait-on notamment lire sur les pancartes brandies dans le cortège, sous une pluie fine.

Pour les Tamouls, ” la lutte n’est pas finie… Les Tamouls continueront le combat pour l’indépendance du Tamil Eelam, la patrie traditionnelle des Tamouls”.

Bien que le gouvernement du Sri Lanka à déclaré la fin de la guerre le 19 mai la situation de la peuple tamoule est bien loin d'être réglée. Plus de 25 000 morts et 400 000 déplacés enfermés dans des camps indignes (sans soin, sans nourriture et à la merci de l'armée sri lankaise). La communauté tamoule en dehors du Sri Lanka s'est fortement mobilisée mais sa voix peine à se faire entendre. En France comme ailleurs dans le monde,  plusieurs manifestations ont été organisées, 4 jeunes tamouls avaient entrepris une grève de la faim à la suite de laquelle ils ont été hospitalisés, des dizaines de jeunes ont été arrêtés pour avoir organisé un sit-in spontané à la Chapelle.

 

Les organisations de défense des droits de l’Homme et plusieurs responsables internationaux accusent le gouvernement sri-lankais d’avoir massivement bombardé la zone tamoule du nord de l’île, un territoire très densément peuplé, au cours des dernières semaines du conflit.

A plusieustop massacre tamoul.jpgrs reprises la communauté tamoule en France a demandé, du soutien des partis politiques qui sont sensible au droit d’l’Homme aux niveaux international  notamment      (NPA, Nouveau Parti Anticapitaliste) 

Une fois de pluse le peuple Kurde  condamne cette genocide de l’Etat Srilankais contre le Peuple Tamoul et appelle à la solidarité internationale.   


Dernier info : « RASSEMBLEMENT en soutien à la lutte du peuple tamoul : MERCREDI 3 JUIN de 14H à 18h Invalides/Assemblée nationale  à PARIS»

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu