Avertir le modérateur

08/05/2009

LA VIE DE TOUS LES JOURS A GAZA

Gaza : La vie de tous les jours devient impossible, déplore John Holmes, le Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU

 

gazze.jpg

 

 « A Gaza, l’humanité arrive derrière la politique. Un misérable flux de fournitures est ce que le monde a de mieux à offrir à des civils pris au piège d’une impasse politique », a déploré vendredi le Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, John Holmes.

 

 

 « La reconstruction et l’assistance aux plus vulnérables doit passer du secondaire à la priorité », a-t-il plaidé dans une tribune publiée sur le site internet EuropeanVoice. Com.

La protection, la nourriture, l’eau, les services de santé et les abris sont des besoins humains fondamentaux, pas des objets de marchandage, a-t-il insisté.

 

Selon John Holmes, près de 75% des 1,5 million d’habitants de Gaza ont besoin d’une assistance. « Mais même les importations les plus essentielles sont sujettes à des limitations drastiques de la part des autorités israéliennes ».

« Israël paraît considérer la ruine de centaines de milliers de vies et de moyens de subsistance comme le prix collectif à payer pour les civils de Gaza pour les actes de quelques uns d’entre eux », a-t-il dit.

« Si Israël a la responsabilité première de cette terrible crise de la dignité humaine, le Hamas est aussi fautifGAZA.jpg pour les attaques inutiles et indiscriminées qu’il a perpétré et autorisé depuis si longtemps », a fait observer le Secrétaire général adjoint.

 

Selon lui, un bon point de départ serait la réouverture des postes frontières à tous les biens humanitaires essentiels et aux biens nécessaires à la reconstruction, tandis que l’aide humanitaire doit être reconnue comme impartiale et neutre par Israël et par le mouvement palestinien Hamas.

 

Par ailleurs, le Coordonnateur spécial pour le processus de paix au Moyen-Orient des Nations Unies, Robert Serry, a visité Gaza vendredi pour évaluer la situation 100 jours après la fin du conflit entre Israël et le Hamas.

 

Il a déploré l’absence de progrès et la persistance des démolitions. Il a insisté sur le caractère crucial de la réconciliation palestinienne, l’ouverture des points de passage, la sécurité des frontières et l’échange de prisonniers.

 

 

En palastine, 60 ans après la naqba, l'armée sioniste continue d'assasiner et instaure un vrai apartheid en toute inpunité, avec la complicité de l'impérialisme.

 

30/04/2009

DIX SOLDATS TURC TUES LORS DES OPERATIONS MILITAIRES

Dix soldats Turc tués en Kurdistan lors des opérations militaires


Dix soTURK ASKERI.jpgldats turcs ont été tués mercredi dans le sud-est de la Turquie dans des attaques attribuées aux rebelles kurdes, mettant fin à plusieurs mois d'accalmie dans les combats entre l'armée et les militants du PKK.

Dans une première attaque, neuf soldats ont été tués par un engin explosif, a déclaré le chef de l'armée, le général Ilker Basbug.

La bombe a explosé lorsqu'un véhicule blindé de transport de troupes passait sur une route près du village d'Abali, dans la province de Diyarbakir, a-t-il précisé lors d'une conférence de presse à Ankara.

Il s'agit de la plus importante attaque du PKK de ces derniers mois.

Le véhicule transportait des soldats chargés précisément d'inspecter les routes, en quête d'éventuels engins explosifs et de mines, avant le passage d'un convoi.   Pour des oprations militaires contre les positions de la résistence Kurde,  PKK. 

"Le char est passé au même endroit, mais la charge a explosé lorsque le transport de troupes est passé", a ajouté le général Basbug, accusant le PKK.

Il a expliqué qu'il s'agissait "probablement d'un puissant engin artisanal déclenché à distance ou par un câble", car, a-t-il dit, "le fond du véhicule a un blindage de 4 à
4,5 cm d'épaisseur".
Non a la Guerre.jpg
Le PKK utilise souvent des mines activées à distance dans ses attaques contre les force militaire turques.

Dans un deuxième incident, un soldat turc a été tué par des tirs de rebelles près de Semdinli, à l'extrême sud-est du pays, à la frontière avec l'Irak et la Syrie, a souligné une source de sécurité locale.

Il faisait partie d'une patrouille qui rentrait d'une mission, a-t-on ajouté de même source.

Le général Basbug a une nouvelle fois exhorté les autorités kurdes d'Irak à chasser les rebelles de leur territoire. "Ils doivent participer activement à ce processus", a-t-il dit.

Il a aussi estimé qu'une disposition actuellement en vigueur pour obtenir la reddition des rebelles devait être rendue "plus attrayante" pour les
membres du PKK.

14/04/2009

LA SALE GUERRE CONTRE LES KURDES EN TURQUIE

12/04/2009

VOLT-FACE DE DEUX PAYS NEGATIONNISTES

        VOLT-FACE DE DEUX PAYS NEGATIONNISTES

 

 

Israël et la Turquie doivent mener en commun cet été de grandes manœuvres militaires navales, a rapporté mardi la radio publique israélienne.

 

 

Selon la radio, les deux pays ont décidé de mener cet exercice à grande échelle en dépit des tensions suscitées dans leurs relations par la récente et sanglante offensive militaire de l'Etat hébreu dans la bande de Gaza.

Cette information ne pouvait pas être confirmée auprès du ministère israélien de la Défense dans l'immédiat.

En janvier, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan avait laissé éclater sa colère au Forum économique mondial à Davos (Suisse) en quittant avec fracas un débat public sur le conflit de Gaza auquel participait le président israélien Shimon Peres.

 Riposte furieuse d'Ankara aux déclarations d'un général israélien

L'ambassadeur d'Israël a été convoqué samedi à Ankara pour se voir transmettre une note officielle de protestation contre des propos d'un haut responsable de l'armée israélienne, a annoncé le ministère turc des Affaires étrangères.

La Turquie réclame une "clarification urgente" au sujet de déclarations du général Avi Mizrahi, responsable du quartier général de l'armée israélienne, jugées "inacceptables" par Ankara car elles contiennent des "affirmations et des sottises visant notre Premier ministre et notre pays", selon un communiqué du ministère.

Des médias turcs avaient rapporté vendredi que le général Mizrahi, répondant aux critiques de hauts responsables turcs sur la dernière offensive israélienne contre Gaza, avait déclaré que le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan devrait "d'abord balayer devant sa porte", faisant allusion aux massacres d'Arméniens sous l'Empire ottoman et au problème des Kurdes en Turquie.

La Turquie veut "préserver ses  liens" avec Israël après le clash sur Gaza

La Turquie a déclaré lundi qu'elle voulait préserver ses liens avec Israël et tirer un trait sur le coup de colère du Premier ministre turc Tayyip Erdogan à propos de Gaza lors d'un débat à Davos (Suisse).

"Nous accordons une importance spéciale à nos liens bilatéraux avec Israël et nous voulons préserver nos liens avec ce pays", a déclaré le vice-premier ministre Cemil Cicek à la presse à l'issue d'une réunion de cabinet.
"Maintenant, c'est vers l'avenir que nous regardons. La Turquie ne veut s'en prendre ni à Israël ni aux Israéliens", a-t-il dit.

La Turquie, pays musulman mais « Etat laïque» est le principal allié régional d'Israël. Tous deux ont noué des liens économiques étroits depuis la signature d'un accord de coopération militaire en 1996. (AFP, 31 mars 2009)

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu