Avertir le modérateur

19/12/2009

LE NOUVEAU OUTILS POLITIQUE POUR LA CAUSE KURDE

Les députés kurdes restent au Parlement et adhérent au BDP (parti pourla démocratie et pour la paix)

Les dépBDP.jpgutés du principal parti pro-kurde de Turquie, dissous par la justice pour collusion avec les rebelles kurdes, ont renoncé à démissionner du Parlement et décidé de rejoindre une autre formation, également pro-kurde, a annoncé vendredi leur chef de file Ahmet Türk.

"Nous avons revu notre décision de démissionner et avons décidé de rester à l'Assemblée pour une solution pacifique de la question kurde", a-t-il dit devant la presse.

Les 19 députés du Parti pour une société démocratique (DTP), qui a cessé d'exister depuis son interdiction, le 11 décembre, par la Cour constitutionnelle pour liens avec le PKK, adhéreront au Parti de la paix et de la démocratie (BDP), créé dans l'anticipation d'un verdict de la justice, a-t-il souligné.

Le chef-fondateur du PKK, Abdullah Öcalan, emprisonné à vie dans la prison d'Imrali (nord-est) depuis
1999, a aussi fait savoir, par le biais de ses avocats, qu'il préférait voir ces élus au Parlement, a indiqué M. Türk.

"La lutte démocratique est essentielle pour nous", a ajouté M. Türk.
eylemci genclik.jpg
M. Türk a pour sa part été interdit de politique pour cinq ans, de même qu'une députée, ainsi que plusieurs cadres du DTP.

Des intellectuels et des membres de la société civile ont appelé les parlementaires kurdes, qui avaient dans un premier temps annoncé leur intention de démissionner, à rester au Parlement pour y défendre leurs idées.

S'ils avaient démissionné --une démarche qui nécessite l'aval du Parlement-- certains de ces élus auraient, sans leur immunité, pu être traînés devant la justice, voire emprisonnés, pour des procédures actuellement suspendues.

L'interdiction du plus grand parti pro-kurde a provoqué des émeutes kurdes en Turquie, qui ont fait trois morts et plusieurs blessés.

"Le gouvernement redoublera d'efforts pour résoudre le problème kurde"

Le gouvernement turc va redoubler d'efforts pour mettre en place des réformes en faveur de la minorité kurde, en dépit des tensions et incidents meurtriers de ces dernières semaines, a déclaré jeudi le ministre de l'Intérieur Besir Atalay.

"Nous allons intensifier les travaux pour des mesures à court et à moyen terme (...) Nous continuerons de mener notre initiative avec détermination", a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Ces mesures concernent en particulier la création de commissions indépendantes pour prévenir les discriminations et les actes de torture par les forces de sécurité, a expliqué M. Atalay.

Des réformes pour favoriser les droits des Kurdes, notamment sur le plan culturel, ont été promises par l'AKP, le Parti de la justice et du développement, au pouvoir, issu du mouvement islamiste, mais elles ont été jugées insuffisantes par les nationalistes kurdes.

L'opposition parlementaire s'est de son côté déchaînée contre le projet, y voyant uneygenç.jpge menace pour l'unité nationale.

M. Atalay a indiqué que 363 personnes ont été inculpées après leur arrestation lors des manifestations et émeutes kurdes qui surviennent quotidiennement en Turquie depuis le 20 novembre, et qui ont fait trois morts.

"Notre objectif est d'en finir avec le terrorisme et de relever le niveau de la démocratie" en Turquie, qui aspire à rejoindre l'Union européenne, a dit le ministre, ajoutant que la lutte militaire se poursuivrait contre les rebelles kurdes du PKK. (18 déc 2009)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu