Avertir le modérateur

27/11/2009

GENOCIDE ARMENIEN ET MASSACRE DU DERSIM 1937/1938

Le génocide des Arméniens achevé en 1938

 

dersim 38.jpgÀ la fin des années 1930, la République Turque a massacré des Kurdes et des survivants du Génocide arménien sous le couvert d’une opération contre une rébellion kurde. C’est ce qui ressort de photographies inédites, des documents historiquement importants et des comptes rendus de témoins oculaires qui sont en passe d’être publié.

Hasan Saltik auteur d’un nouveau livre de 600 pages explique aujourd’hui que sa recherche cherche à faire la lumière sur le tabou des Massacres du Dersim en 1938.

Le livre qui sortira au mois de mai à la fois en anglais et en turc défiera l’histoire officielle de l’événement, employant des sources primaires pour révéler le rôle du gouvernement lors de ces massacres brutaux.

“ Plus de 13000 personnes ont été tuées par des forces armées turques pendant l’opération et 22000 ont été bannis. Des enfants restés orphelins ont été soumis à la politique de turquification dans des orphelinats" affirme Hasan Saltuk.

Les sources officielles historiques disent que l’opération 1938 dans le Dersim, maintenant appelé Tunceli, a été exécuté pour contrer une rébellion tribale kurde. La recherche de Saltik, cependant, révèle une autre histoire.

“ Nous voyons dans les documents que l’opération Dersim a été planifié ; les rapports ont été préparés en 1920. On a passé la loi liée à l’opération en 1935 et l’action a été prise en 1937. Seyit Riza et ses amis ont attaqué audersim 35.jpg motif officiel qu’il s’agissait d’une rébellion” commennte Hasan Saltik.

Bien que le gouvernement l’ait étiqueté comme une insurrection tribale kurde, Hasan Saltik explique que la raison fondamentale de l’opération était que la région hébergeait des Alevis de Tunceli qui étaient en réalité des survivants du génocide arménien qui avaient simplement changés leurs identités.

“ Les sources officielles disent que les résidants du Dersim ne payaient pas d’impôts ou n’exécutaient pas leur service militaire et qu’ils étaient toujours en rébellion. Cependant, nous avons des documents prouvant le contraire. Ataturk a mené l’opération Dersim lui-même" a-t-il dit.

“ Les historiens ne peuvent pas ici aller au-delà de l’idéologie officielle ; ils ne font pas de recherche. Ceux qui font des recherches et connaissent la vérité ne peuvent pas élever leur voix parce qu’ils ont peur ” a dit Hasan Saltik.

Le livre réimprime les commentaires qu’il a trouvé à l’arrière de toutes les photographies qu’il a obtenues. Dans de nombreux cas, les commentaires expriment des remords pour les événements dans le Dersim. “ [Beaucoup] ont ressenti les scrupules de leur conscience pour ce qui a été éprouvé. Quelque uns ont exprimé leurs sentiments avec les mots, "Je suis devenu un meurtrier". D’autres ont écrit "j’ai causé la mort de 250 personnes" a déclaré Hasan Saltik.

dersimlinin katli.jpgLe projet a permis de voir ce qu’il est advenu des soldats survivants qui ont participé à l’opération a dit Hasan Saltik ajoutant qu’il a vu que beaucoup d’entre eux ont été incapables de s’adapter à la vie sociale. “ Beaucoup de soldats que nous [avons interviewés] ont exigé que leurs noms soient rendus publics après leurs morts. Quelques personnes ne se sont pas inquiétés d’avoir leurs noms dans le livre ; quelques-uns ont dit "Ils nous ont ordonné de tuer et nous l’avons fait" a-t-il dit.

Il a obtenu des centaines de photos originales et des cartes à côté de deux dossiers de rapports d’un fonctionnaire de haut niveau de cette période. “ Les documents inestimables et des photographies dans les dossiers révèlent l’opération dans tout son détail. Cependant, il existe beaucoup plus de fichiers saisissants dans les archives de l’Etat Major Turc. ”

Hasan Saltik, qui est un chercheur, éditeur du label Kalan et un éthnomusicologue, a passé neuf ans à rassembler des photographies inconnues, des documents importants et des commentaires de soldats qui ont participé à l’opération ..

Membre d’une des familles les plus vieilles de Dersim, Hasan Saltuk affirme que bien qu’il soit d’une tribue Turkmène de par son père, des douzaines de leurs parents ont été assassinées pendant l’opération.

“ Ma grand-mère était enceinte avec ma mère mais elle s’est sauvée à la dernière minute ” a dit Hasan Saltuk dans une interview à Hurriyet. “ Les résidents du Dersim ont toujours peur de parler. Les personnes âgées pensent toujours que quelqu’un va venir et les tuer. ”

Hasan Saltik a dit qu’il croit que la Turquie est entrée dans un âge de grand changement. “ Tous les tabous de ce pays seront cassés et, dans l’avenir, il n’y aura rien dont on ne pourra pas parler. ”

Rappellons qu’au début des débats au Parlement turc sur la question kurde, l’un des vice-présidents du CHP, Onur Öymen, a provoqué un tollé, en citant la répression contre les Kurdes alévis du Dersim comme un exemple de lutte contre le terrorism

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu