Avertir le modérateur

12/10/2009

MANIFESTATION POUR OCALAN A STRASBOURG

 

Des milliers de Kurdes manifestent à Strasbourg pour ÖCALAN

 

 

STRADSC00590.JPGSBOURG (France), 10 oct 2009 (AFP) — Des milliers de Kurdes (5.000 à 7.000 selon les organisateurs, 3.100 selon la police) ont manifesté samedi à Strasbourg (est de la France) pour réclamer la libération de l’ancien chef du parti séparatiste PKK Abdullah Öcalan, détenu en Turquie depuis 1999.

C’est presque devenu un rituel. Deux fois par an, en octobre et en février, à l’appel des associations kurdes, des milliers de manifestants arpentent les rues de Strasbourg pour demander la libération de l’ancien chef du PKK, Abdullah Öcalan, détenu depuis 1999, en Turquie.

Car c’est en octobre 1998 qu’Öcalan a dû quitter la Syrie où il s’était réfugié, et c’est le 15 février qu’il a été arrêté au Kenya par des agents turcs ,puis transféré en Turquie. Depuis, il y est emprisonné dans une île-prison dont il est le seul pensionnaire. Son procès en 1999 et ses conditions d’incarcération ont été dénoncés par la Cour européenne des droits de l’homme et le Conseil de l’Europe.

Cette manifestation était organisée par la Fédération des associations kurdes en France (Feyka).

Venus massivement et en famille d’Allemagne ou de Suisse, les manifestants ont défilé puis tenu un meeting.

Des banderoles réclamaient “Liberté pour Öcalan”, ou “Solution démocratique pour la question kurde” et DSC00576.JPGcondamnaient son “enlèvement” en 1999.

“Nous considérons que le 9 octobre 1998 (date à laquelle M. Öcalan a dû quitter la Syrie) a débuté un complot international contre le leader du PKK, jusqu’à son arrestation le 15 février 1999″, a expliqué Fidan Dogan, l’une des organisatrices de la manifestation. “C’est pour cela que chaque année on organise des défilés à ces dates, en octobre et en février”.

“Nous avons répété que la question kurde ne pouvait être ignorée. Nous voulons une reconnaissance de nos droits et de notre identité culturelle et politique”, a déclaré Eyyup Doru, directeur du centre d’information du Kurdistan. .

Abdullah Öcalan, fondateur et ex-chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a été arrêté en 1999 au Kenya par des agents turcs avec l’aide des services de renseignement américains.

Transféré en Turquie, Öcalan a été condamné à mort pour “séparatisme” en juin 1999, une peine commuée en 2002 en prison à vie après l’abolition de la peine capitale. La Cour européenne des droits de l’homme a recommandé en mai 2005 l’organisation d’un nouveau procès, estimant que celui de 1999 était “inéquitable”.

Le PKK, considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les Etats-Unis, a déclenché en 1984 une rébellion sécessionniste dans le sud-est de la Turquie qui a fait plus de 37.000 morts. A l’appel d’Öcalan, ses partisans ont décrété une trêve unilatérale le 1er octobre 2006, rejetée par Ankara.


Source:  l'Alsace.fr; haberonline.info

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu