Avertir le modérateur

31/07/2009

FEUILLE DE ROUTE D'ÖCALAN

Ankara veut devancer une "feuille de route" d'Öcalan

Le gouvernement turc à  annoncé de nouvelles mesures en faveur d'un règlement de la question kurde afin de garder la main sur ce dossier, sur lequel le chef de la résistance  Kurde Abdullah Öcalan devrait se prononcer en août, depuis sa cellule de prison.

"Nous avons commencé à travailler sur le sujet, qu'on l'appelle problème kurde, du Sud-est ou de l'Est, ou initiative kurde", a déclaré mercredi le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

De l'avis des analystes, Ankara veut devancer l'annonce d'une "feuille de route" par le chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), attendue le 15 août à l'occasion du 25 ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée des séparatistes Kurdes de Turquie.

Öcalan, qui purge une peine de prison à vie sur l'île d'Imrali (nord-ouest) depuis 1999, devrait, par le biais de ses avocats, dévoiler des propositions qui aboutiraient à désarmer les résistances  du PKK sous certaines conditions, comme une nouvelle Constitution plus libérale, selon les médias.

Aucune déclaration officielle n'a été faite sur les intentions du gouvernement, mais les commentateurs évoquent une "curiosité déconcertante" de sa part à l'égard des prochaines déclarations d'Öcalan,

"Le gouvernement est attentif, car il sait qu'Öcalan peut proposer quelque chose qui pourrait marcher et qui pourrait être accepté par le PKK, et ainsi prendre la main", souligne l'analyste politique Rusen Cakir.

Il doute cependant du succès des propositions du chef rebelle s'il propose une trêve conditionnelle du PKK, au lieu d'un abandon pur et simple de la lutte armée.


Le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), a réalisé d'importantes réformes culturelles en faveur de la communauté kurde pour augmenter ses chances d'intégrer l'Union européenne, tandis que le président Abdullah Gül a parlé en mai d'"une chance historique" pour un règlement du conflit qui a fait près de 45.000 morts depuis 1984, et dévasté la région la plus défavorisée du pays.

Le chômage est estimé à environ 50% de la population active des provinces kurdes.

Le gouvernement devrait rejeter les propositions d'Öcalan, qu'il n'a jamais reconnu comme interlocuteur et qui dirigeait une organisation considérée comme terroriste par Ankara, l'UE et les Etats-Unis. Le chef de la diplomatie Ahmet Davudoglu a ainsi souligné que la "question kurde sera réglée à Ankara et non Imrali", la prison d'Öcalan.

Mais des commentateurs influents comme le rédacteur en chef du grand journal Hürriyet, Ertugrul Özkök, jugent désormais Öcalan comme interlocuteur incontournable et exhortent Ankara à agir avec "courage".

Les autorités turques doivent prochainement alléger l'isolement total d'Öcalan en transférant des prisonniers sur l'île, comme l'a demandé le Comité anti torture (CPT) du Conseil de l'Europe.

Le gouvernement pourrait aussi lever certaines restrictions sur l'usage du kurde, notamment avec un retour aux noms kurdes "turcisés" des villages du sud-est, et encourager les rebelles à déposer les armes par une panoplie de mesures sociales, comme le souhaite d'ailleurs l'armée qui les combat inlassablement.

 

Malgré  cessez le feu de la résistance Kurde  (PKK) l’armé Turc continu à ses attaque des mesuré. Il ne se passe pas de semaine sans qu'un ou deux soldats, et autant de guérillas, ou de civils, ne perdent la vie dans ce conflit.

Commentaires

pour avouar de lape il feut qui l arme sese le feu occi

Écrit par : kasim | 13/09/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu