Avertir le modérateur

12/07/2009

LES AYATOLLAHS ET LES MOLLAS

Les fondements des luttes de pouvoir en Iran

 

 

 

 

La iran.jpglutte au sommet dans les cercles dirigeants iraniens oppose deux factions ayant des conceptions radicalement différentes de la République Islamique, selon Muhammad Sahimi. D’un côté, les héritiers de Khomeiny, défenseurs d’une théocratie constitutionnelle, et de l’autre, appuyés par les Gardiens de la Révolution, des fondamentalistes que Khatami (*) qualifie de « traditionalistes à la pensée courte, restés à l’âge de pierre. » Pour ces disciples de l’ayatollah Mesbah Yazdi, « peu importe ce que les gens pensent. Ce sont des moutons ignorants ».

 

 

 

 

 

 

Le monde entier est fasciné par les événements qui se sont déroulés en Iran au cours des dernières semaines. Tout d’abord, on a assisté à une campagne électorale acharnée durant laquelle Mir Hossein Moussavi, le principal candidat réformiste, montait dans les sondages. D’énormes rassemblements ont eu lieu à travers l’Iran en soutien à sa candidature. Pour la première fois depuis la révolution de 1979, les iraniens et les expatriés semblaient être unis dans leur quête pour évincer le président Mahmoud Ahmadinejad.

Le 12 Juin, une heure après que le vote ait pris fin, le ministère de l’Intérieur iranien a appelé le quartier général de Moussavi pour l’informer qu’il allait gagner, et qu’il devait préparer une déclaration de victoire sans triomphalisme, afin de ne pas irriter les supporters d’Ahmadinejad. Puis soudainement, tout a changé. Plusieurs commandants des Gardiens de la Révolution de l’Iran (GRI) se sont rendus au siège de campagne de Moussavi et lui ont dit que sa campagne électorale était une sorte de « révolution de velours », et qu’ils ne l’autoriseraient pas à l’emporter. Ensuite, les résultats des élections truquées ont été annoncés, déclenchant les manifestations qui se poursuivent aujourd’hui.

Mais quel est le pouvoir réel à l’oeuvre derrière cette élection présidentielle truquée, qualifiée de « coup d’Etat électoral » par un porte-parole de Moussavi ? On considère généralement qu’en tant que commandant en chef des forces armées de l’Iran, le guide suprême, l’ayatollah Ali Khamenei, est le chef de ce coup d’Etat. Mais la question est plus complexe.

Depuis qu’il a été nommé commandant en chef des GRI, il y a trois ans, le major général Mohammad Ali Jafari a fait état de la « menace intérieure » contre la révolution islamique. Il a même réorganisé la garde pour qu’elle soit mieux préparée à faire face à toute révolte. En outre, quelques jours avant les élections du 12 Juin, le responsable de la direction politique des GRI, le Brigadier Général Yadollah Javani, a accusé Moussavi et d’autres réformateurs de tenter de lancer une révolution de couleur ( Moussavi a utilisé le vert comme symbole de sa campagne), et a averti que la garde « l’asphyxierait avant même qu’elle ne naisse ». Les auteurs de ce coup d’Etat sont en fait les membres du haut commandement des GRI. Ils représentent l’aile droite de la deuxième génération des révolutionnaires iraniens.

Cette seconde génération de révolutionnaires avait une vingtaine d’année à l’époque de la révolution iranienne de 1978-1979. Ils ont rejoint les GRI presque immédiatement après la Révolution et mené deux guerres féroces dans les années 1980 : contre les forces de Saddam Hussein, qui avaient envahi l’Iran en septembre 1980, et contre les forces des Moujahidines du Peuple, un groupe armé islamique de gauche qui s’était opposé au Shah. Lorsque les Moujahidines ont commencé à assassiner des dirigeants iraniens en Juin 1981, les jeunes révolutionnaires ont mené une bataille sanglante contre eux, les tuant par milliers, et les ont contraint à s’exiler en Irak, où il ont collaboré avec Saddam Hussein. Les Moujahidines du Peuple sont maintenant catalogués par le Département d’Etat comme une organisation terroriste.

Utilisant la guerre avec l’Irak comme prétexte, les jeunes révolutionnaires islamiques ont également aidé leurs leaders - l’ayatollah Khomeini, Akbar Hashemi Rafsanjani (qui a été élu à la présidence de l’Iran pendant deux mandats en 1989-1997 et reste un homme politique puissant), l’ayatollah Khamenei ( qui a été président dans les années 1980), et d’autres - à imposer une répression politique sévère en Iran, avec pour résultat l’élimination de la scène politique iranienne de tous les groupes politiques laïques, portant un coup terrible au développement de la vie politique du pays.

La guerre avec l’Irak a pris fin en Juillet 1988. Beaucoup de jeunes révolutionnaires islamiques ont soutenu l’exécution de milliers de prisonniers politiques de juillet à septembre 1988 ou sont restés silencieux et n’ont pas protesté. L’ayatollah Khomeiny est ensuite décédé en Juin 1989. Les jeunes révolutionnaires se sont alors scindés en deux camps.

Dans le camp de la gauche islamique on estimait que l’Iran avait besoin d’une politique d’ouverture pour mettre fin à la répression féroce des années 1980. De nombreux membres de ce groupe étaient issus de l’appareil de renseignement et étaient par conséquent parfaitement au courant de ce qui se passait dans la société et sentaient le danger d’une explosion sociale et d’une contre-révolution. Ce sont eux qui sont désormais les leaders du mouvement de réforme.

Les jeunes révolutionnaires du camp opposés étaient les conservateurs. Certains, comme le général Javani et le Général Jafari sont restés dans les GRI après la guerre. D’autres, venant des GRI, comme le président Ahmadinejad, le ministre de l’Intérieur Sadegh Mahsouli, et son principal adjoint Kamran Daneshjou , qui supervisait les élections, ont rejoint l’administration.

La mort de l’ayatollah Khomeini a eu une autre conséquence à long terme dont les effets se font sentir aujourd’hui. Elle a permis à un groupe islamiste réactionnaire de réémerger. Ce groupe, appelé la société Hojjatiyeh, avait été fondée dans les années 1950 et était farouchement opposé à la foi Bahai et à l’islam sunnite. Il avait même travaillé avec les services secrets du Shah pour lutter contre la propagation du communisme en Iran. Il s’était également opposé à la Révolution de 1979 et au concept de « Valaayat-e-Faghih » (la gouvernance des juristes islamiques) développé par l’ayatollah Khomeini, qui est le fondement de la constitution de l’Iran et du système politique. L’ayatollah Khomeini a interdit l’Hojjatiyeh en 1983 et avait déclaré à leur sujet qu’ils « ne peuvent même pas diriger une boulangerie, et encore moins un pays. »

Après sa réapparition au début des années 1990, l’appellation Hojjatiyeh n’a jamais été utilisée. Ses membres ont commencé a préconiser un gouvernement islamique dirigé par chef suprême non élu, au lieu d’une République islamique. Leur chef actuel est l’ayatollah Mohammad Taghi Mesbah Yazdi, un religieux réactionnaire partisan de la ligne dure, qui s’est ouvertement opposé à toute élection et est le chef spirituel d’Ahmadinejad.Idamlar.png

L’ayatollah Mesbah, ainsi qu’il est appelé en Iran, a déclaré : « Peu importe ce que les gens pensent. Ce sont des moutons ignorants ». Il estime que le chef suprême est choisi par Dieu, et que la tâche des ayatollahs qui sont membres de l’Assemblée des Experts (un organe constitutionnel qui choisit le chef suprême) consiste à le découvrir. L’ancien président réformateur Mohammad Khatami a fait référence aux disciples de l’ayatollah Mesbah comme étant des « traditionalistes à la pensée courte, restés à l’âge de pierre. »

Parmi les disciples de l’ayatollah Mesbah, on trouve le ministre du renseignement Gholamhossein Mohseni Ejehei, Mojtaba Hashemi Samareh (un adjoint d’Ahmadinejad), et Ahmadinejad lui-même. En fait, tous les ministres du renseignement iranien depuis la Révolution ont été des élèves de l’ayatollah Mesbah et ont suivi son séminaire à Qom. Bon nombre des hauts commandants des GRI sont ses disciples. La milice Basidj, un groupe paramilitaire, contrôlée par les GRI a également été profondément pénétrée par ses disciples, de même que le pouvoir judiciaire. Depuis qu’il a été élu président en 2005, Ahmadinejad a utilisé à maintes reprises les mots de l’ayatollah Mesbah parlant de « gouvernement islamique d’Iran » plutôt que « République islamique d’Iran. »

Les hommes qui sont derrière ce coup électoral sont donc la deuxième génération de révolutionnaires, dont le chef spirituel est l’ayatollah Mesbah. Deux semaines avant les élections Mesbah a publié une fatwa secrète - dont le contenu a été révélé par certains membres du ministère de l’Intérieur - autorisant l’utilisation de tous les moyens pour réélire Ahmadinejad, donnant ainsi le feu vert pour le trucage des élections.

Mais quels sont les objectifs du coup d’Etat ? Il semble y avoir trois.

L’un est de purger l’ancienne première génération de dirigeants révolutionnaires, y compris le plus important d’entre eux, l’ex président Rafsandjani. Depuis qu’Ahmadinejad l’a battu lors de l’élection présidentielle très disputée de 2005, lui et ses partisans sont d’âpres ennemis de Rafsandjani et de ses partisans. Rafsandjani a fait savoir qu’il pense qu’Ahmadinejad porte préjudice aux intérêts nationaux de l’Iran en raison de sa politique étrangère, de sa rhétorique contre Israël et des déclarations incendiaires sur l’Holocauste.

Mais l’antagonisme contre Rafsanjani a également une dimension économique. Lui et sa famille sont fabuleusement riches et sont favorables à une économie moderne. Et tout comme Ahmadinejad a consolidé la mainmise des GRI sur l’Iran par la nomination de membres du Conseil des ministres, de gouverneurs de province, de généraux et de maires en provenance des rangs des GRI, il veut aussi consolider l’emprise des GRI sur l’économie iranienne. Sous son mandat, les GRI ont remporté plus de 10 milliards de dollars de contrats au cours des quatre dernières années. Les GRI veulent éliminer la concurrence de Rafsandjani et de ses partisans.

Dans son discours de « victoire » du dimanche 14 Juin, Ahmadinejad n’a jamais mentionné une seule fois l’ayatollah Khomeini ou la République islamique. Ainsi, tout comme Deng Xiaoping et ses successeurs ont conservé les photos de Mao Zedong et que Joseph Staline conservait celles de Lénine, tout en agissant contre ce que Mao et Lénine, avaient préconisé, la seconde génération de révolutionnaires conservera les photos de l’ayatollah Khomeini (ainsi que celles de Khamenei) tout en agissant contre ses enseignements, y compris le plus célèbre, « La mesure [ de l’acceptation d’un homme politique] est le vote du peuple ».

Le deuxième objectif du coup d’Etat consiste à rapprocher le pays d’un gouvernement islamique où des élections sans signification pourront être facilement truquées ou manipulées, ce qui détruira l’aspect républicain du système politique iranien. Cela est compris par les réformistes ainsi que par la grande la majorité du peuple iranien, et c’est pourquoi ils résistent à ces élections truquées. Mais les dirigeants du coup d’Etat ne s’attendaient pas à cette résistance.

Le troisième objectif est de commencer les préparatifs pour le remplacement à venir de l’ayatollah Khamenei, que l’on sait malade, par un homme qui a leur confiance. Rafsandjani préside l’Assemblée des Experts qui choisit le chef suprême. Étant donné son rôle important dans la Révolution et son influence, Rafsandjani va jouer un rôle crucial dans ce processus de succession. Ainsi, s’il peut être éliminé, cela ouvrira la voie à l’ayatollah Mesbah Yazdi, ou à l’un de ses disciples, pour devenir le guide suprême.

Il s’agit d’un tournant dans l’histoire contemporaine de l’Iran, et même du Moyen-Orient. Si la seconde génération de révolutionnaires réussit, l’Iran va entrer dans une période de répression politique extrême, qui rendra plus aisé pour le parti de la guerre et le lobby pro-israélien de faire pression pour tenter de convaincre l’opinion que la question du programme nucléaire iranien doit être résolue par des frappes militaires.

Mais si les protestations parviennent à faire annuler les élections truquées, les réformistes et les groupes démocratiques auront une occasion en or de rapprocher beaucoup plus vite l’Iran d’un système politique démocratique, ce qui sera crucial pour la stabilité du Moyen-Orient.

Muhammad Sahimi est universitaire et enseigne à l’université de Californie. Il a publié de nombreux articles sur le programme nucléaire iranien.                   

 

Par Muhammad Sahimi, Antiwar

 

Commentaires

bjr tré bonne article et trés bon site en general . mais si je peux me permettre n'oublions pas que nous kurdes sommes musulmans en general et j'ai remarqué que vous qualifié l'akp d'islamiste. c'est totalement faut, c'est gens se servent de l'islam pour parvenir a leur fin, c'est totalement different.

Écrit par : Tahir | 14/07/2009

Je ne critique pas la religion ISLAM et j'ai jamais critiqué.
Ce que je critique se sont qui utilise la religion, pour ses propre intérêts politique, économique et carier personnel. je sais que le peuple Kurde et les autres peuples de Moyen-Orient en grand majorité ils sont ISLAM.

Écrit par : Hasan ULUS | 15/07/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu