Avertir le modérateur

10/06/2009

UN NOUVEAU PROFIL FEMININ SE DESINE EN KURDISTAN!

Kurdistan de la Turquie ! Un nouveau profil féminin se dessine à Diyarbakir.

 

 
Dans un article datavuk degil kadiniz.jpgté du 03 juin 2009, Oral Çalışlar, journaliste chez Radikal, observe l’apparition des femmes kurdes en politique qui, si elles s’opposent à  la répression employée par les autorités politiques et militaires turques et s’emploient à la préservation de leurs identités, s’opposent également à la domination patriarcale à laquelle elles sont soumises, comme toutes les femmes de ce monde. Une observation intéressante, bien qu’ incomplète et rapide, et qui manifeste un visage autre que celui constamment éclairé par les médias qui préfèrent étudier le peuple kurde en tant que composante “primitive” et soumise à un système féodal, écartant de vue la naissance de mouvements féministes qui, parmi le peuple kurde, luttent contre le système patriarcal.

Le mouvement féministe chez les Kurdes [du Kurdistan Nord] apparait concomitamment à la naissance du PKK et des mouvements contestataires et révolutionnaires qui déjà revendiquaient l’indépendance des femmes et la fin du système patriarcal, l’autorisation du vote pour les femmes établie par Ataturk ne suffisant pas. Des revendications  certes difficiles à mettre en oeuvre mais qui ont permis l’apparition des femmes kurdes en politique et leur élection. Notons qu’il existe  parmi les mouvements politico -militaires en Turquie et notamment au sein du PKK, une branche armée spécifiquement féminine.

Le combat des femmes kurdes se fait et se mène en parallèle au combat du peuple kurde. Il y a  entre les deux mouvements un point de convergence qui permet et facilite l’accession des femmes kurdes sur la sphère publique mais qui peut, également paralyser le mouvement à plusieurs égards….

Oral Calislar: Diyarbakir’daki yeni kadin profili

A Diyarbakir, dans un hôtel, nous nous préparions à partir au Parc Ekin après le petit déjeuner pour assister à une manifestation exclusivement féminine. Les femmes vont protester contre la récente arrestation de 23 femmes membres du DTP et leur manifester leur solidarité. J’ai demandé si Ahmet Türk allait participer à la manifestation. “Non, non elles ne l’accepteront pas de toute façon” m’a-t-on répondu.

C’était une réunion de femmes pour laquelle même le leader du DTP n’était pas le bienvenu. A propos de cette manifestation exclusivement féminine- où les hommes ne sont pas acceptés, certains se demanderont sans doute s’il ne s’agit pas là d’une nouvelle forme de conservatisme mais il suffit de rencontrer ces femmes pour voir que  cette pensée est erronée.

Lorsque nous sommes partis, traditionnellement vêtus, à cette manifestation exclusivement féminine qui a pour thème «la Liberté pour les Femmes », une femme, normalement vêtue, nous a arrêté et nous a dit quelque chose en kurde. Il était clair, de par son attitude, qu’elle ne nous laisserait pas entrer.

L’autorisation nous a été accordée après que mon ami collègue, Aziz, lui ait répondu en kurde que nous étions journalistes.

Eparpillées sur l’ensemble du parc, les femmes, organisées en des groupes différents, produisaient des spectacles différents. Une partie d’entres elles dansaient le halay sur des chansons de révoltes. L’autre partie allongée sur le gazon observait l’entourage. Certaines portaient des pancartes en kurde et en turc par lesquelles elles revendiquaient leurs libertés.

Des femmes venues de quartiers différents et vêtues différemment, entraient dans le parc en scandant des slogans. Les jeunes garçons qui cherchaient à entrer dans le parc étaient refoulés.

***

La tradition étant, les Kurdes sont un peuple où domine l’homme. Les crimes de sang se pratiquent essentiellement dans les régions peuplées par les Kurdes. L’échanges de femmes, le mariage forcé de très jeunes filles… etc, ces habitudes sont encore fortement ancrées dans la région.

A la suite du massacre perpétré dans le village de Zanqirt près de Mardin, beaucoup ont écrit sur les codes ethniques des Kurdes, il y a eu un certain nombre d’analyse relative à leur aspect primitif. Seulement, on ne peut observer le panorama réel des Kurdes si l’on ne prend pas en compte, dans ces analyses, l’autre visage…

Voilà l’autre visage des Kurdes: parmi les 21 députés membres du DTP, 8 sont des femmes. Soit plus d’un sur trois. De même, parmi les maires, 14 sont des femmes. Soit plus de la moitié. Cette guerre de 25 ans qui a commencé avec des revendications identitaires, est certes responsable des peines et destructions dans la région mais a aussi ouvert la voie à de profonds changements et transformations dans la région.

Cette guerre, ces conflits, ces disparitions, ces crimes impunis ont été encore plus gravement vécus par les femmes. Les destructions ont davantage bousculé la vie de ces femmes. La femme kurde - qui autrefois ne pouvait sortir son visage de la porte de la maison, qui avait intériorisé la position dominatrice de l’homme- a acquis une nouvelle identité, a vécu un grand changement durant cette longue et triste période. Alors que la plupart ne pouvaient sortir de la maison, elles ont été chassées de leurs villages et de leurs bourgs par les autorités. Elles ont vécu le malheur de perdre leur fils, leur fille, leur mari.

C’est cette imkeça kurda.jpgpuissance, ce désespoir qui a dessiné, dans la région, un nouveau profil féminin. Une femme qui se révolte, se rebelle, qui cherche ses droits. Qui a remis en cause la domination masculine. Qui a eu connaissance du visage oppressif et cruel de la virilité. Qui a appris à se rebeller contre les viols et les harcèlements sexuels. Désormais, elle descend dans la rue, elle est parmi les mandataires, les représentants qui face à l’oppression de l’Etat, revendiquent les libertés. Les conditions difficiles qui lui ont été imposées l’ont conduite dans les rues, les manifestations. Dans ce contexte, elle a commencé à entrer en conflit avec la culture machiste. Elle a commencé à remettre en cause la mentalité traditionnelle selon laquelle l’homme serait son supérieur.

Certains d’entre vous seront étonnés si je dis que dans notre pays, c’est la femme de la région du Sud Est  qui a connu le plus grand changement. Vous comprendrez mes propos dès lors que vous aurez participé à une manifestation à Diyarbakir, à Şırnak, à Siirt, à Hakkari. Vous serez témoin du courage avec lequel les femmes membres du DTP interrogent la domination masculine. Sans doute en seriez  vous même étonné.

KAMER est une association de solidarité pour les femmes qui s’est organisée dans la région. La présidente de KAMER, Nebahat Akkoç, en créant de multiples foyers, a développé la solidarité entre les femmes.

Nous pouvons dire que le conservatisme traditionnel avec  la domination masculine qui prévalait dans le Sud Est s’est progressivement sécularisé. L’apparition d’un nouveau type de femme tend à le démontrer. Elles deviennent plus efficaces en politique et changent l’image de la femme jusqu’alors soumise au sein du foyer. Ce n’est pas être injuste que de reconnaître la femme comme le symbole le plus vif du modernisme kurde.

 

Commentaires

Bon travail, j'ajoute votre blog à mes favoris. Je vais vous faire un peu de pub auprès de mes contacts, vous l'méritez bien !

Écrit par : hotel à nice | 05/04/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu